Blog

Tout est finalement affaire de posture… par rapport à la confiance qu’ont les médias dans leur audience.

Cette sympathique conférence inaugurait le lancement de RSP.fm la radio de Sciences Po. J’y étais notamment avec Emmanuel (qui a réussi à nous caser une démo de son epaper) et toute l’équipe de Rue89, venue soutenir leur leader maximo.

Au delà du débat toujours très intéressant vu la qualité et l’expérience des personnes présentes, une chose m’a particulièrement frappée.

Il y avait deux postures assez homogènes. D’un côté Jean-Marie Colombani, Jean-Marie Charon et Jean-Claude Dassier faisant peu confiance aux contenus utilisateurs. De l’autre Pierre Bellanger et Pierre Haski dans un logique de participation avec l’audience. Un moyen de diffusion plus puissant et multi-média d’un côté, un canal de discussion et de partage de l’autre. Avec, dans le cas de Pierre Haski, pour résultat de créer de l’information.

Pour l’illustrer, quelques phrases glanées :

Pierre Haski (Rue89): « Nous voulons marier notre expérience professionnelle avec la culture participative. On a le sentiment que notre approche est vraiment validée par le public. Des mails du monde entier nous encouragent et veulent participer à notre aventure. »

Pierre Bellanger (Skyrock et Skyblog): « Internet n’est pas un nouveau moyen de diffusion, sa force c’est la conversation, de la même manière que la révolution Gutenberg, ce n’était pas une nouvelle méthode pour imprimer la Bible. Pour la nouvelle génération (depuis 95), c’est une langue maternelle, pour nous c’est une langue apprise, voilà toute la différence ».

Jean-Marie Colombani (Le Monde) : « C’est clair, le Net sera le média favori pour s’informer. (…) Le principal combat des journalistes : se légitimer en permanence puisqu’une concurrence a été créée par l’audience. (…) Dans le papier, on avait une communauté de lecteur forte. (…) Dans quelques semaines, nous allons nous aussi lancer un site participatif, mais pas avec la marque Le Monde, nous ne pouvons pas prendre ce risque…»

Ces trois derniers points m’ont laissé perplexe… Je pense justement que c’est le changement de la posture de la marque Le Monde qui pourrait être une formidable opportunité. En mariant l’énorme capital professionnel dont les équipes du Monde disposent à l’ouverture à une certaine communauté de lecteur (pas n’importe qui, nous sommes bien d’accord).

Parce que je partage la conviction qu’Internet n’est pas un nouveau canal de diffusion mais bien un canal de discussion, où les médias doivent s’ouvrir à la discussion. Au risque de voir les valeurs de leurs marques déconnectées des valeurs de leur audience. Cependant, pour discuter, il faut aussi écouter, et c’est peut-être là que la différence de posture se fait sentir.

Et vous, quelle est votre conviction ?

Auteur - Julien Jacob

No Comment

Sorry, the comment form is closed at this time.