Blog

La vidéo de Saddam Hussein n’est pas une rupture

C’est le Wall Street Journal qui s’enflamme sur la vidéo de Saddam. Je cite : « the latest reminder that the device that tens of millions of people are now carrying around in their pockets is rapidly becoming one of the most powerful news-gathering tools on Earth »

Voici ma petite expérience :

Je découvre très tôt sur un blog que la vidéo est disponible sur Internet. Je vais la voir, non pas pour le côté gore mais parce que je me doutais de l’effet qu’elle allait provoquer.

Je n’y comprends rien, je n’y vois rien, je pourrais être complètement manipulé par ces images (c’est ce que je me dis). J’ai l’information brute : Saddam a été pendu, jusqu’au dernier moment il semble se battre et quelqu’un a filmé la scène. La belle affaire.

Un peu plus tard, un article du Figaro tombe. Particulièrement bien informé il faut dire. J’apprends qui parle, ce qu’ils disent, quelle est l’affaire qui se trame derrière, qui filme, etc. Plus tard, je suis malgré tout choqué que les médias télé diffusent les images (les américains ont refusé, même Fox !), mais je suis encore informé.

On en reste toujours au même stade : pour l’image brute, comme pour les attentats de Londres, le téléphone portable c’est bien. Pour l’analyse géopolitique ou le sentiment de sécurité de ne pas se faire manipuler, j’ai toujours besoin de marques médias, de recul et de journalistes. Leur fonction n’est probablement plus exactement la même (tout est dans le « exactement »).

Rien à voir dans cette vidéo avec le journalisme, fut-il citoyen. C’est ce que font les témoins depuis toujours : témoigner.

Auteur - Julien Jacob

No Comment

Sorry, the comment form is closed at this time.